[Coup de coeur] – Juste avant le bonheur de Agnès Ledig !

Juste avant le bonheur Agnes LedigJuste avant le bonheur
Agnès Ledig

Julie a tout juste 20 ans, un petit garçon de 3 ans, Ludovic, et est caissière dans un supermarché. Elle tente comme elle peut de subvenir au besoin de son fils, les mois sont difficiles, mais entre les deux règnent le sourire, la complicité et l’amour.

Paul a vécu 30 ans avec une femme dont l’amour ne les liait pas. Elle vient de le quitter. Il apprivoise ses nouveaux repères d’homme célibataire.

Le destin va les pousser sur le même chemin et leur rencontre va changer leur existence.

Paul, ému par la lumière que dégage Julie, la prendra sous son aile, en l’aidant et en l’invitant, elle et son fils, à venir passer des vacances en Bretagne avec lui. Comment Julie va-t-elle réagir à tant de générosité de la part d’un inconnu ?


Il se rend rapidement compte qu’il n’a pas choisi la meilleure caisse pour être en mesure de quitter au plus vite cet antre de la consommation, mais la caissière est jolie. Désagréable, mais jolie. Le privilège de la beauté : atténuer le mauvais caractère. Toujours. On pardonne tout aux jolies femmes, avant même qu’elles n’aient ouvert la bouche. Celle-ci regarde à peine la cliente au moment de lui rendre la monnaie, et en profite pour essuyer sur sa joue une larme venue de nulle part. Pas de menton qui tremble, de respiration courte, d’yeux qui brillent, non, un visage impassible mais une larme qui s’est autorisée à prendre l’air.
C’est au tour de Paul.
– Bonjour, Julie !
– On se connaît ? lui demande-t-elle en levant les yeux, étonnée.
– Non, mais c’est écrit sur votre badge. Sinon, ça sert à quoi d’avoir un badge avec son prénom ?
– A nous dénoncer à la caisse centrale quand on se trompe de trois centimes. Rarement pour nous dire bonjour.
– J’ai certains défauts, mais pas celui de délateur.
– Vous n’avez pas pesé les pommes, dit-elle d’un ton neutre et blasé.
– Il fallait ?
– Ben oui !
– Et je fais quoi maintenant ?
– Soit vous y allez, soit vous renoncez à vos pommes.
– J’y vais, je fais vite, répond Paul en saisissant le sachet.
Mais pourquoi tient-il tant à acheter ces pommes ?!
– Prenez votre temps, ça ne changera rien à ma vie ! comment la jeune femme à voix basse alors qu’il a déjà disparu de la file d’attente.
Les clients derrière lui commencent à s’impatienter. Julie profite de la pause pour étirer son dos qui la fait souffrir depuis une bonne semaine.
L’homme revient, essoufflé, et dépose les pommes pesées devant la jeune femme.
– Nous avez sélectionné le raisin à la place des pommes !
– Vraiment ?
– Raisin Golden. C’est écrit sur l’étiquette. Et là, ce sont des pommes Golden.
– Vous paierez plus cher. Vous pouvez y retourner si vous voulez.
Le brouhaha qui commence à s’intensifier dans la file d’attente l’en dissuade.
– Peu importe, je les prends comme ça. Les pommes en seront peut-être meilleures ! dit-il en lui souriant.
Julie esquisse en léger sourire. Ça fait une éternité qu’un homme n’a pas été gentil avec elle. Pour une fois que c’est dans ce sens ! Pourtant, à vingt ans, Julie n’a déjà plus l’habitude de ce genre d’attentions. L’insouciance a rejoint la dignité au cimetière des illusions perdues.
– Soirée foot ? demande-t-elle en lui tendant le ticket de caisse.
– Pour rien. La bière, la pizza…
– Soirée d’homme célibataire !
– L’un n’empêche pas l’autre.


Genre : Roman

Nombre de pages : 336

Année : 2014

Édition : Pocket / édition originale : Albin Michel en 2013

ISBN : 978-2-266-25062-7


Mon avis :

Ce livre n’a pas tenu une journée. J’avais ce besoin de passer du temps avec les différents personnages, de ressentir leurs émotions. Sourire, rire et pleurer avec eux.

Je ne vous dirai pas pourquoi, mais Julie s’effondre. Je suis tombée dans le trou avec elle, j’ai laissé couler mes larmes et, avec elle, je me suis relevée, à la force des mains qui se tendait autour d’elle. Ce roman est bouleversant, il serre le coeur, il prend aux tripes, mais il est tellement beau, si tendre. Il est triste et pourtant il rend heureux, il nous parle d’espoir et de continuer d’avancer, malgré la torture de la douleur. Il nous rappelle que chaque cicatrice de notre vie est notre force.

Je ne m’attendais pas à ce « genre » d’histoire, cette lecture a vraiment été une surprise, et je ressens encore la présence des personnages. Merci Agnès Ledig pour ce moment de bonheur.


L’auteure

Agnès Ledig est née en 1972, auteure française, elle a commencé à écrire en 2005. Elle a publié les romans : Marie d’en haut, Juste avant le bonheur et Pars avec lui. Son prochain roman, On regrettera plus tard, paraîtra en mars 2016.

Site internet de l’auteur : www.agnesledig.fr.


Coups de coeur

6 thoughts on “[Coup de coeur] – Juste avant le bonheur de Agnès Ledig !

  1. Le côté très « fort en émotions » du livre avait été une surprise pour moi aussi mais de mon côté, j’avais trouvé ça tellement fort que ça m’avait décontenancée, j’étais restée sur une impression très pesante affectivement. Merci pour ta critique !

    • Il est vrai que l’on se prend ces « fortes émotions » en pleine figure, sans s’y attendre, il y a de quoi « perdre l’équilibre ». Je comprends ton impressions très pesante affectivement.

    • Oui je l’ai lu en une journée, difficile de le lâcher. C’est le premier roman que je lis de cette auteure, et je suis vraiment contente d’avoir découvert sa plume. J’aime quand cela touche en plein coeur.

Leave a Reply