La petite couturière du Titanic de Kate Alcott !

la petite couturière du titanic

La petite couturière du Titanic de Kate Alcott


Quatrième de couverture :

Avril 1912. Tess Collins, jeune Anglaise aspirant à percer dans le milieu de la mode, a de la chance. A peine sur le Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture qui va présenter sa nouvelle collection en Amérique.

Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, la créatrice de mode décide de prendre Tess à son service. A bord, la jeune femme fait la rencontre de deux hommes. Mais, tandis qu’un triangle amoureux se forme, le paquebot, sans que ses passagers s’en doutent, fonce vers un iceberg…

A New York, Tess intègre l’atelier de lady Lucy. Les talents de modiste de la jeune femme se révèlent bien vite, ses premiers modèles font sensation. Mais son ascension pourrait connaître un coup d’arrêt. Ne se murmure-t-il pas en effet que lady Lucy aurait eu une conduite répréhensible lors du naufrage ?

Extrait :

— Tu as remarqué cette fille, Lucy ? déclara Elinor en désignant d’un index délicat la silhouette anxieuse de Tess. Mon Dieu, qu’elle est belle, avec ses grands yeux splendides. Regarde-la s’agiter dans tous les sens au milieu de ces gens. Je ne serais pas surprise qu’elle cherche à embarquer. A qui crois-tu qu’elle veuille échapper ? A la police ? A un homme ?
— Je n’en ai aucune idée, mais je compte sur toi pour broder une intrigue digne de ton imagination autour de son histoire, répondit Lucile en adressant un signe de la main à Cosmo dont la silhouette venait d’apparaître à l’extrémité du quai.
Comme à son habitude, il paraissait détaché du décor qui l’entourait, le regard placide, la mine calme, parfaitement maître de lui-même. Un coursier rongé de timidité lui emboîtait le pas.
— Nous avons un problème, Lucile, commença Cosmo. La créatrice de mode serra les mâchoires.
— J’en étais sûre. C’est au sujet de Hetty, bien sûr ?
— Elle ne sera pas en mesure de vous accompagner. Sa mère est malade, expliqua le coursier en courbant l’échine respectueusement afin d’échapper aux foudres de Lucile.
— Retournez dire à cette fille qu’elle n’a pas le droit de revenir sur sa parole à quelques heures du départ. Pour qui se prend-elle ? Dites-lui qu’à moins de rejoindre le bord immédiatement elle perd sa place. Vous le lui avez bien expliqué ?
Elle fusillait son interlocuteur du regard.
— Oui, madame, balbutia le malheureux.
Tess se retourna en entendant des éclats de voix, aussitôt subjuguée par la vision de deux femmes côte à côte sur le quai. L’une d’elles n’était autre que celle dont elle avait admiré, de sa fenêtre, l’élégant chapeau orné d’un ruban vert. Elle tapotait machinalement le sol de la pointe de son ombrelle rouge.
La voix de sa compagne s’éleva, plus sèche que jamais.
— Je n’ai jamais entendu excuse plus ridicule !
De toute évidence, une domestique quelconque ne s’était pas présentée à l’embarquement et cette femme toute menue manifestait bruyamment sa colère. Avec sa chevelure aussi flamboyante que son rouge à lèvres, elle formait un tableau formidable. Ses traits marqués dessinaient un masque sans concession. En l’espace de quelques instants, ses deux yeux, très écartés, avaient perdu toute douceur.
— Qui est-ce ? s’enquit Tess d’une voix tremblante auprès d’un jeune homme qui observait la scène.
— Comment ? Vous ne la reconnaissez pas ?
Tess reporta son attention sur la femme en constatant que les gens ralentissaient en passant près d’elle. Des murmures s’élevaient dans leur sillage, ponctués de coups d’œil admiratifs. A bien y réfléchir, ce visage lui était vaguement familier.
— Mon Dieu, murmura-t-elle, le souffle brusquement coupé. Lucile Duff Gordon !
— Evidemment. La reine de la haute couture. La femme qui l’accompagne est sa sœur, Elinor Glyn. Une romancière dont les oeuvres font régulièrement scandale.
Tess n’entendait déjà plus son informateur. L’incarnation de la fureur qui se dressait à quelques mètres d’elle était sans doute la créatrice de mode la plus célèbre au monde. Tess avait admiré ses robes de nombreuses fois dans la presse. Et voilà qu’elle se trouvait là, tout près ! C’était le destin qui la plaçait sur sa route.
Elle s’avança d’un pas décidé.
— Lady Lucile ! Je n’en reviens pas ! J’ai pour vous une admiration éperdue. Votre talent tient du génie. Je ne compte plus les fois où j’ai rêvé en voyant des photographies de vos créations…
Elle parlait sans réfléchir, mais cela n’avait guère d’importance, son seul but était d’attirer l’attention de Lucy.
La créatrice l’ignora superbement.
— J’aimerais tant travailler pour vous, insista Tess d’une voix implorante. Je connais le métier, je suis une excellente couturière. Je suis certaine que je pourrais vous aider.
Elle se creusa la cervelle, à la recherche de nouveaux arguments.
— Je sais très bien réaliser les boutonnières. Je suis prête à tout. Je vous en prie…
— Je t’avais bien dit tout à l’heure qu’elle avait l’air désespérée, pouffa Elinor à l’oreille de sa sœur en redressant son chapeau.
Lucile se tourna vers Tess.
— Savez-vous au moins de quoi j’ai besoin ? demanda-t-elle sèchement.
Tess fut prise d’une hésitation.
— J’ai besoin d’une femme de chambre. La position vous intéresse-t-elle toujours ?
— Bien sûr.
Tess aurait tout accepté, du moment qu’elle pouvait embarquer sur le paquebot. Travailler pour le compte de lady Lucy était une opportunité inouïe.
— Quel type d’emploi occupez-vous actuellement ?
— Je… je travaillais pour le compte d’une famille de Cherbourg. Tout en offrant mes services comme couturière. Mes clientes étaient très contentes de mon travail.
— Une domestique quelconque, murmura Elinor. Il fallait s’y attendre.
Lucile fit la sourde oreille.


Genre : Roman

Nombre de pages : 442

Année : 2017

Édition : Archi poche

ISBN : 978-2-37735-058-2


Mon avis :

Le Titanic, ce grand paquebot, majestueux, qui nous aurait certainement fait rêvé, mais qui avec son accident catastrophique nous le rend moins victorieux. Ce que j’ai aimé dans la lecture de « La petite couturière du Titanic » c’est que côté « pénal/procès » dont on nous a moins parlé, ou même pas du tout. Qui était responsable de cette tragédie ?

,Mais la petite couturière du Tianic ce n’est pas simplement une histoire de responsabilité, mais c’est aussi ce petit bout de femme qui se bat pour réaliser son rêve, qui s’embarque sur le Titanic sur un « coup de tête », et que sa bonne étoile protège. Deviendra-t-elle cette grande femme qu’elle rêve d’être ?

J’ai adoré cette lecture qui mêle réalité et fiction, si bien écrit que l’on ne fait aucune différence des parties romancées des parties réelles. Un roman que l’on ne lâche pas quand on le commence et que l’on n’oublie pas une fois terminé.

Un passage du livre que j’ai trouvé très fort, d’une grande puissance.

Tout de même, moi, je me demande comment on fait pour accepter cet entre-deux, cette absence qui n’est pas la mort, cette inaccessibilité qui n’est pas irrémédiable, cette existence fantomatique, comment on s’y résout, comment on n’est pas rattrapé par vagues régulières par le besoin de corriger cette imposture, de mettre fin à ce faux-semblant, de ne plus tolérer cette étrangeté, ou tout simplement par le manque (on y revient sans cesse). On a beau vouloir respecter la liberté d’autrui (y compris quand on la juge égoïste), on a aussi sa propre douleur, son courroux ou son spleen à surmonter. Mais je ne pose pas la question au fils amputé.

Leave a Reply