[Interview] – Sarah Chardonnens !

Interview de Sarah Chardonnens, auteure de Parfum de jasmin dans la nuit syrienne aux éditions de l’Aire

Sarah_Chardonnens_2

Bouquiner : Bonjour Sarah, pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Sarah Chardonnens : En ce contexte de crise où des milliers de réfugiés sont contraints de fuir, je suis simplement une privilégiée qui a la chance de pouvoir « voyager » pour « voyager ». Par plaisir, en toute liberté, sans contrainte. J’aime la route et les rencontres fortuites qu’elle génère. Après différentes missions humanitaires au Moyen-Orient, je m’apprête à repartir pour ma nouvelle mission au Liban.

B : Si vous deviez présenter votre livre en trois mots, lesquels utiliseriez-vous ?

S. C. : C’est difficile de prendre du recul sur son propre livre ! En trois adjectifs : un récit coloré et une écriture maladroite mais sincère.

Lire la suite

Parfum de jasmin dans la nuit syrienne de Sarah Chardonnens !

 Parfum de jasmin dans la nuit syrienne de Sarah Chardonnens

Quand Sarah a une idée en tête, elle ne la lâche pas, même si pour cela elle doit arpenter plusieurs villes, et recevoir beaucoup de moqueries, avant de trouver un vendeur de motos.

Son envie, un peu folle, la pousse donc, non pas à négocier le prix mais son droit, en tant que femme, d’acheter et de conduire une moto. Elle doit pour cela prouver qu’elle sait la conduire, alors qu’elle n’en a jamais démarré une. La persévérance de Sarah payera puisqu’elle pourra quitter le village, sous les yeux des habitants, au guidon de sa moto rouge !

« Où puis-je acheter une moto ? »
Pour toute réponse, j’eus un (habituel) éclat de rire !
« Il n’y a pas de moto ici. » Il me considéra une nouvelle fois, de la tête aux pieds, rigola à nouveau et ajouta : « Dans toute la Syrie, on ne peut plus acheter de moto ! Rupture de stock nationale !°
Le message était clair. Les femmes ne conduisent pas de moto, un point c’est tout.

Lire la suite