Juste un Signe de Liz Plum !

Juste un Signe de Liz Plum


Quatrième de couverture :

A la suite d’un événement traumatisant, Raine a perdu l’usage de sa voix. Trois ans plus tard, elle est toujours murée dans son silence et communique grâce à ses mains. Entourée par son frère et ses meilleurs amis, Raine s’est habituée à ce mode de vie. Elle en a fait son refuge. Jusqu’à ce qu’un nouvel élève débarque au lycée et vienne fissurer, à coup de sourire, les remparts qu’elle avait soigneusement érigés autour d’elle. Lui est une célébrité locale : tout juste sorti d’une prison pour mineurs, West Love intrigue autant qu’il inquiète. Il est beau, audacieux et, pour une raison qui échappe complètement à Raine, déterminé à se rapprocher d’elle ! Il la taquine en permanence, la drague ouvertement et va jusqu’à lui demander de lui enseigner la langue des signes ! Ce que Raine ne sait pas, c’est que West est prêt à tout pour la sortir de son silence.

Lire la suite

Dernière rentrée de Tiffany Jaquet !

Dernière rentrée de Tiffany Jaquet

Quatrième de couverture

Un vendredi de mai, un coup de feu retentit dans le silence assourdissant du lycée de Pré-Fleuri. Tous ont une bonne raison d’appuyer sur la gâchette ce jour-là.

Sébastien, Marie, Timéo ou encore Yacine… Les élèves de la DER1 ont renoncé à réussir leur scolarité. Parqués dans la classe des cancres sans avenir ni débouché, ils mènent la vie dure à leurs enseignants, mais partagent aussi, avec leurs mots, espoirs, rêves et vulnérabilités.

Usés par les insultes, les bagarres, ne sachant comment y répondre, les professeurs jettent tour à tour l’éponge, sauf André Clottu. Après avoir été mis à la porte de son ancien collège à quelques mois de la retraite, ce dernier a la ferme intention de venir à bout de cette classe. Pour sa dernière rentrée, fort de ses nombreuses années d’expérience, il espère même réussir l’impossible et ainsi parvenir à redorer son blason bien entaché suite à son licenciement.

Mais lorsque les élèves découvrent les raisons qui ont amené le professeur à changer de lycée, les choses basculent et prennent une très sombre tournure…

Lire la suite

[Coup de coeur] – Le miroir des âmes de Nicolas Feuz !

Le miroir des âmes de Nicolas Feuz

Quatrième de couverture :

Un attentat sans commanditaire, des meurtres sans mobile apparent, l’auteur est à son affaire, il est procureur du Canton de Neuchâtel. Dans ce polar essoufflant, il fait endosser à son personnage principal la robe d’un magistrat qui pourrait être son double si tout n’était précisément double et trouble dans ce Miroir des âmes : les flics, les filles, les politiques, les juges et jusqu’à ce mystérieux tueur en série que la police a surnommé Le Vénitien parce qu’il coule du verre de Murano dans la gorge de ses victimes.

Lire la suite

[Coup de coeur] – Avant que l’Ombre… de Marie Javet !

Avant que l’Ombre… de Marie Javet


Description sur le site de Plaisir de Lire :

Lorsque Camille, récemment veuve, cherche un nouveau toit pour elle et sa fille, elle est mystérieusement attirée par une maison dont les occupants cherchent une colocataire. En s’installant, elle plonge dans l’univers de ces artistes marqués par leur passé commun. Que se cache derrière leur bienveillance apparente ? Quel événement a bouleversé leurs vies ?

Ils étaient autrefois libres, non conventionnels, pleins d’illusions et découvraient l’amour, l’art, la vie en communauté. Ce passé complexe se compose de pièces de puzzle, qui s’emboîtent au fil des pages. À ces pièces vient s’ajouter la présence d’une mystérieuse Ombre qui plane sur leur existence. Les incidents se multiplient, mettant à mal l’harmonie de la villa et de ses locataires. D’une façon incontrôlable, la vérité refait surface, confrontant chacun à son passé. Mais qui est cette Ombre et pourquoi en veut-elle aux habitants de la maison ?

Lire la suite

[Émotions] – Je m’appelle Jennylyn de Francis Bonca !

Je m’appelle Jennylyn de Francis Bonca


Mon résumé :

Jennylyn connaît très peu de détails sur son père biologique, le peu que sa mère savait de lui. Il s’appelle Mikhaïl Vidal et avait trente ans à l’époque. Il avait étudié l’art dramatique à Paris mais l’écriture s’était vite imposée à lui. C’était sous pseudonyme qu’il avait publié son premier roman dont on ne savait rien, ni le titre, ni le nom de l’éditeur et encore moins le pseudonyme. Sa mère, russe d’origine, vivait à Prague depuis quelques années à l’époque où la mère et le père de Jennylyn s’étaient rencontrés.

C’est à peu près tout ce qu’elle sait lorsqu’à vingt ans, elle décide de retrouver la trace se son père qui ne sait rien de son existence. Où vit-il maintenant ? Qu’est-il devenu ? Sera-t-il le père dont elle a rêvé tant de fois ?

Lire la suite