Parfum de jasmin dans la nuit syrienne de Sarah Chardonnens !

 Parfum de jasmin dans la nuit syrienne de Sarah Chardonnens

Quand Sarah a une idée en tête, elle ne la lâche pas, même si pour cela elle doit arpenter plusieurs villes, et recevoir beaucoup de moqueries, avant de trouver un vendeur de motos.

Son envie, un peu folle, la pousse donc, non pas à négocier le prix mais son droit, en tant que femme, d’acheter et de conduire une moto. Elle doit pour cela prouver qu’elle sait la conduire, alors qu’elle n’en a jamais démarré une. La persévérance de Sarah payera puisqu’elle pourra quitter le village, sous les yeux des habitants, au guidon de sa moto rouge !

« Où puis-je acheter une moto ? »
Pour toute réponse, j’eus un (habituel) éclat de rire !
« Il n’y a pas de moto ici. » Il me considéra une nouvelle fois, de la tête aux pieds, rigola à nouveau et ajouta : « Dans toute la Syrie, on ne peut plus acheter de moto ! Rupture de stock nationale !°
Le message était clair. Les femmes ne conduisent pas de moto, un point c’est tout.

Lire la suite

Qui est Jean-Pascal Ansermoz ?

AnsermozBouquiner : Pour les lecteurs qui ne te connaissent pas, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Jean-Pascal Ansermoz : Je suis assurément une plume atypique de la scène littéraire Suisse. Né en Afrique, j’ai fait mes écoles à Bâle avant de commencer mes études à Lausanne. J’aime boire du thé, l’automne et les chats.

B : Tu écris depuis tout jeune, mais d’où t’es venue cette envie ?

JPA : Elle vient probablement de mes lectures. Dans mon enfance nous n’avions pas encore droit à la télévision et j’ai donc très rapidement commencé à lire. Je suis toujours d’avis qu’un écrivain se doit d’être aussi un lecteur.

B : Tu écris de la poésie, des nouvelles, des romans, on peut voir que tu vogues sur plusieurs genres, mais en as-tu un que tu préfères ? Si oui, pourquoi ?

JPA : Je nourris une préférence pour la nouvelle. C’est un art délicat, certes, mais c’est aussi une fenêtre ouverte sur un moment précis d’une vie. Et dans ce sens elle ressemble un peu à la poésie. On prend le temps de s’arrêter, de regarder plus près.

Lire la suite

Coup de coeur pour les Editions Plaisir de Lire !

Logo Plaisir de lire

Dans l’entretien ci-dessous, la présidente, Isabelle Cardis Isely nous présente Plaisir de Lire qui « est une association à but non lucratif, fondée en 1923 à Lausanne, qui propose des romans et des recueils de nouvelles d’auteurs résidant en Suisse. Elle est animée par des bénévoles qualifiés qui lui offrent leurs compétences et leur temps libre pour partager leurs coups de cœur et leur passion du livre avec les lecteurs. »

Mais que c’est-il passé depuis 1923 ? Revenons aux fondements de cette association avec quelques moments historiques qui forment ces éditions.

L’association voit donc le jour en 1923 sous le nom : Société des Lectures populaires de la Suisse romande. Dans le programme de 1924, publié dans le rapport annuel, on peut relever une phrase intense et qui restera un symbole fort pendant de longues années : proposer à tous une littérature de qualité, qui permette « à notre jeunesse » de « se réfugier dans un monde imaginaire ».

Lire la suite